ECRITURE
MONOPOLY ou CHRONIQUE D UNE VIE DESAXEE
écrit le : 22.04.2011

Mon premier "journal intime", MONOPOLY qui est né sur un lit d'hôpital, il fallait occuper le temps!
Des choses à vous dire...

Le monopoly est un jeu de société, tout comme la vie.
On jette les dés, en avançant un pion sur le parcours.
Le pion c’est moi et le parcours c’est la vie.
J’ai simplement changé le nom des rues, avenues et boulevards par le prénom des gens que j’ai aimé.

Extrait
"J'ai aménagé dans ma cuisine une table sur laquelle j'écris. C'est un bordel sans nom.
Mon paquet de clope posé à côté du cendrier que je ne vide jamais.
Une bougie rose, énorme, que je n'allume pas.
Une imprimante qui met un temps fou à imprimer une page.
Des trombones, une casquette, une calculatrice, un Polaroïd rouge, des radios de ma jambe, ma facture orange (j'ose pas l'ouvrir).
Et puis face à moi, ce tableau représentant New York avec Steve Mac Queen en fond. J'ai acheté cette toile avec l'argent que m'a laissé mon père à son décès.
Sur le mur de gauche, Mick Jeagger illustré par le même peintre, tellement sexy!
Derrière, près de la fenêtre, un fauteuil roulant, le mien, synonyme de fracas, d'une vie qui a basculé, tout à coup...
Il prend toute la place, trop de place, je le déteste, le maudit, comme ce chauffeur qui a anéanti une partie de mon existence.

Ce livre est une thérapie face à la douleur et au chagrin, aux deuils et à l' handicape.
Je me suis retrouvée du jour au lendemain devant mon miroir, alitée sur un lit d'hôpital.
Le premier face à face avec moi même, à 32 ans. Ce rendez vous imprévu m'a fait passer par tous les stades, toutes les émotions, toutes les angoisses....
L'intégralité de mes souffrances a jailli d'un seul coup, comme un volcan qui a tout détruit sur son passage.
Je garde des séquelles, évidemment, mais en revanche je sais désormais que grâce à la force de l'amour tout peut être surmonté... Je parle de l'amour propre, de l'estime de soi et de la volonté....



A l'instant où j'écris, je bois du café lyophilisé, je suis à sec, donc plus de capsule, même pas des marrons foncés.
J'avais pas assez d'argent ce matin pour m'acheter un paquet de cigarettes, je fume des mégots!"
 

Le contenu de ce site, photographies, textes est la propriété exclusive de l'artiste.
Toute reproduction, même partielle, assemblage, copie, publication, édition, exposition publique ou utilisation à titre commerciale est interdite sans autorisation préalable.